Publicité



arts plastiques
imprimer | retour Préparatifs 2è Coco Bulles Rapport de mission / Juin 2003: Bruxelles - Sierre - Parisjuillet 2003

Du 16 juin au 12 juillet dernier, une mission d'étude et de promotion a été conduite en Europe par M. Olvis DABLEY, directeur exécutif du festival international du dessin de presse et de la bande dessinée de Grand-Bassam, COCO BULLES dont la 2è édition se tiendra du 06 au 09 novembre prochain.

Ont pris part à cette mission aux côtés de Olvis Dabley, les dessinateurs Lassane Zohoré, Mendozza et Bertin Amanvi, les deux premiers dessinateurs étant par ailleurs président et secrétaire à l'organisation du festival.

La délégation ivoirienne a respectivement séjourné à Bruxelles (Belgique), Sierre (Suisse) et Paris (France).


BRUXELLES (Du 16 au 19 juin)

La capitale belge a été la première ville à accueillir pendant quatre jours, la délégation ivoirienne, à l'invitation d'AFRICALIA. Cet organisme du secrétariat d'état belge de la coopération au développement oeuvrant pour la promotion d'initiatives culturelles africaines a célébré l'Afrique tout l'été.

A cette occasion, la bande dessinée africaine a été à l'honneur. D'abord, dans le cadre d'une exposition collective d'œuvres originales intitulée "Bulles d'Afrique" où figuraient en bonne place les oeuvres d'une dizaine d'auteurs ivoiriens, au Centre Belge de la Bande Dessinée. Puis un séminaire de réflexion sur le 9è art africain a permis à la cinquantaine d'auteurs et opérateurs africains invités, d'échanger sur les thèmes de :

"Le marché de la BD en Afrique"
"Tradition et enfance dans la BD : l'exemple Manga"
"Edition–diffusion et public"

Au sortir de ces fructueuses rencontres, il a été observé que de tels échanges méritent d'être poursuivis et renouvelés. Ainsi, madame Hélène Madinda, responsable du département BD d'Africalia qui s'est dite favorable à la poursuite des travaux à l'occasion du 2è COCO BULLES, a proposé de négocier une aide financière de son organisme pour le festival, à hauteur de Trente milles (30 000) Euros, soit dix-neuf millions six cent cinquante mille francs(19 650 000) Cfa.

C'est le jeudi 19 juin à 16 h 20 que messieurs Olvis DABLEY et Lassane ZOHORE se sont envolés pour la Suisse en direction du festival de Sierre ; Laissant à Bruxelles, Amanvi qui devait y participer à une exposition au siège de l'Union Européenne.


SIERRE (Du 19 au 22 juin)

Cette année, la Suisse francophone célébrait la 20è édition du festival international de la bande dessinée de Sierre, festival qui depuis deux ans développe des échanges particuliers avec COCO BULLES. Ainsi, un stand d'exposition a été offert à la délégation ivoirienne qui à l'occasion, représentait l'Afrique. Arrivés le jeudi 19 juin à 17 h 40, Olvis Dabley et Lassane Zohoré ont été rejoints le lendemain à Sierre par Mendozza. Les invités ivoiriens ont donc proposé au public venu nombreux, les différentes publications éditées en Côte d'Ivoire.

L'ensemble des visiteurs qui découvrait pour la première fois les créations bédéiques ivoiriennes et africaines en général se sont arraché les bandes dessinées proposées. Ainsi, environ 70 % du stock de la délégation a été vendu.

Le vendredi 20 juin à 15 heures, invité à un forum sur les expériences des festivals de bande dessinée, M. Olvis DABLEY a parlé du festival COCO BULLES et échangé avec ses paires du Nord sur les difficultés de leur secteur selon qu'on soit en Europe ou en Afrique. Il faut souligner que ce forum a réuni les responsables des plus importants festival BD d'Europe dont le directeur général d'Angoulême.

A l'occasion du festival suisse, les responsables de COCO BULLES ont eu une séance de travail avec le Directeur général d'Angoulême BD, M. Jean-Marc Thévenet, sur la mise en partenariat de leurs deux festivals. Pour les représentants ivoiriens, l'expertise et la caution du festival d'Angoulême aujourd'hui trentenaire, seraient d'une très grande utilité quant à renforcer leurs capacités, mais aussi le rayonnement de COCO BULLES.
Pour sa part, M. Thévenet qui s'est montré très intéressé par ce principe de partenariat a dit que son festival, fort de ses trente ans d'expérience, son patrimoine et sa notoriété voudrait aujourd'hui se dresser pour la communauté francophone, comme un centre de ressources. Aussi, est-il opportun, a-t-il dit, que des axes dont celui avec l'Afrique, soient expérimentés. Toute chose qui pourrait s'appuyer sur des projets communs d'expositions et autres échanges professionnels. A cet effet, il s'est dit prêt à accueillir à ses côtés,
M. Olvis DABLEY dans le cadre d'un stage de perfectionnement en 2004.
A la fin de la séance, les deux parties ont décidé de se retrouver à Paris en vue de convenir du plan d'action de ce partenariat.

Le dimanche 22 juin, en début d'après-midi, M. Olvis DABLEY a rencontré les membres de l'association des dessinateurs suisses romands au stand des Editions Paquet. Ces dessinateurs, depuis déjà un an, montrent leur intérêt quant à participer à la 2è édition de COCO BULLES. Des échanges, il est ressorti qu'une délégation suisse composée de six dessinateurs dont un scénariste de ladite association et M. Pierre PAQUET des éditions Paquet, sera présente à Grand-Bassam en novembre prochain, conduite par monsieurYves Hanggy directeur du festival BD Sierre. Quand Philippe Neyroud, l'ex-directeur du festival s'est-il disposé à apporter volontairement son expertise au comité d'organisation de COCO BULLES.
La mission suisse des responsables de COCO BULLES s'est achevée ce même dimanche lorsque ceux-ci ont mis le cap sur Paris. Il était environs 17 heures.


PARIS (Du 22 juin au 12 juillet)

Arrivés à Paris le dimanche 22 juin, c'est à partir du 30 juin que le Directeur Exécutif de COCO BULLES et le secrétaire à l'organisation ont commencé leurs démarches. Le président du festival ayant dû regagner Bruxelles deux jours auparavant où il devait prendre son vol retour sur Abidjan à la même date.

Il faut dire que cette mission sur Paris se justifiait du fait des préparatifs du prochain festival. En effet, la plupart des partenaires institutionnels et media internationaux du festival sont basés dans la capitale Française. Eu égard aux démarches initialement entreprises par M. Olvis DABLEY, il s'agissait d'approfondir et si possible finaliser avec ces partenaires, les bases de la collaboration attendue entre eux et le festival.

Mais le tout premier rendez-vous le 30 juin a été avec Mlle Franklin Banquet, jeune ivoirienne vivant depuis dix-sept ans à Lille et souhaitant apporter bénévolement sa contribution à l'organisation du festival. Cette étudiante en relations publiques travaille par ailleurs pour l'association Arts et Media d'Afrique ; Association qui organise depuis cinq ans en France, le festival pluridisciplinaire Fest'Africa, basé sur la littérature. Lors des événements politico-militaires qu'à connu la Côte d'Ivoire avec leur impact négatif sur l'image du pays à l'extérieur, Mlle Banquet avait aussitôt adressé un e-mail d'intention au directeur de COCO BULLES, festival qu'elle voyait comme une réponse culturelle idéale face à la mauvaise réputation qui avait été développée sur le pays à l'extérieur.
Au cours de ce rendez-vous autour d'un déjeuner, l'intention de Mlle Banquet a été jugée recevable et il a été retenu qu'elle démarche les organes de presse spécialisée de bande dessinée mais aussi la presse généraliste en France pour le compte du festival en vue d'en élargir l'écho, d'une part. D'autre part, après qu'elle ait eu à informer ses interlocuteurs de sa venue au mois d'août prochain à Abidjan à l'occasion du MASA, il a été convenu qu'elle donne de son temps et de son expérience pour démarcher les sponsors sur place.

Après le déjeuner, Olvis DABLEY et Mendozza ont eu une séance de travail l'après-midi avec M. Pierre-Alain SZIGUETTI, chargé des relations internationales du salon Paris BD qui venait d'achever sa deuxième édition. M. SZIGUETTI a informé ses interlocuteurs du bon déroulement du salon qui a connu la participation exceptionnelle de l'auteur ivoirien Gilbert GROUD ; Qui y a dédicacé son nouvel album "Magie Noire" édité par Albin Michel. Il a cependant regretté qu'il n'y ait pu finalement se réaliser le pavillon Afrique au sein du salon comme envisagé pour des raisons budgétaires. M. Pierre-Alain a également informé ses interlocuteurs qu'il quittait le comité d'organisation du salon pour d'autres perspectives. Pour finir, Il a dit que sous réserve de confirmation, un éditeur avec lequel il collabore exprime son souhait de venir à COCO BULLES s'il est possible de lui accorder des tarifs préférentiels sur le billet d'avion et/ou l'hébergement. Là-dessus, M. Olvis DABLEY a dit que cela était envisageable et que des négociations dans ce sens sont en cours avec un transporteur aérien et des réceptifs hôteliers de la place.

Le mardi 1er juillet, alors qu'à son tour, M. Mendozza, le secrétaire à l'organisation de COCO BULLES s'apprêtait à regagner le lendemain Abidjan, M. Olvis DABLEY a rencontré M. Amadou Waziri, responsable de projets et chargé de l'édition de l'Agence Intergouvernementale de la Francophonie. Cette agence qui avait apporté un appui financier au premier COCO BULLES ne peut pas accompagner le festival cette année pour des raisons de programmation budgétaire comme cela avait été déjà notifié en janvier dernier au comité directeur du festival. Toutefois, il semblait indiqué pour M. DABLEY d'informer ce partenaire de l'évolution des préparatifs du festival qui entend s'inscrire dans la prochaine programmation de l'Agence. A cet effet, après avoir félicité le directeur de COCO BULLES pour le travail en cours, M. Waziri qui pense qu'à l'instar des grandes manifestations régionales comme le MASA et le FESPACO, le festival COCO BULLES positionnerait l'Afrique de l'ouest comme un pôle majeur du 9è art, a exhorter son interlocuteur à soumettre dès le mois d'Août, un dossier de demande de financement à son attention, pour l'exercice 2004-2005.

Le vendredi 04 juillet, à midi, M. Olvis DABLEY a déjeuné au restaurant de Radio France avec M. Joseph ANDJOU de I-Télévision. Il est ressorti des échanges qu'à l'approche du 2è COCO BULLES, le directeur exécutif du festival sera reçu pour une interview sur le plateau de la chaîne d'information de Canal Plus, avec une possibilité de compte-rendu pendant ou après l'événement.

A 15 h 30, M. Olvis DABLEY a eu une séance de travail avec M. Claude Moliterni, forte personnalité de la bande dessinée mondiale. Membre fondateur du festival d'Angoulême et auteur de nombreux ouvrages sur le 9è art dont BD GUIDE, l'encyclopédie de la bande dessinée internationale, Claude MOLITERNI a participé à plusieurs travaux de recherche et de création de bande dessinée de part le monde. Celui-ci avait donné son accord depuis le mois de janvier dernier, pour parrainer le comité directeur de COCO BULLES. A cet effet, il avait entrepris de susciter la participation de célèbres auteurs français et francophones, à la prochaine édition de COCO BULLES.
A l'occasion donc de ce rendez-vous, il a informé Olvis DABLEY de l'accord de participation confirmée au 2è COCO BULLES des auteurs : Patrice Serres (France) - Bob De GROOT (Belgique) - Melouale Sid Ali (Algérie) et Habib Bouhaoun (Tunisie). Sachant que la participation de Régis Loisel (France/Canada) restait à confirmer. Olvis DABLEY a pour sa part informé M. Moliterni, que Jean-Claude Fournier (France) venait de confirmer par téléphone, sa participation.

Le lundi 07 juillet à 11 heures, Le Directeur de COCO BULLES a eu une séance de travail avec Mme Delphine SABOURAULT de la communication du Groupe Jeune Afrique. Celle-ci a pris le relais après le passage de Mme Frédérique KAYAT qui avait suivi le dossier du festival. Au cours de l'échange qui a duré près d'une heure, il a été envisagé qu'un bandeau publicitaire soit accordé au festival un mois avant sa tenue, à l'intérieur de A.M. Magazine et que des articles de soutien se feraient à l'intérieur du même journal, mais aussi dans Jeune Afrique L'intelligent.

A 15 heures, comme suite à un appel téléphonique qu'il avait fait quelques jours auparavant, M. DABLEY s'est rendu au siège de TV5 où il a eu une séance de travail avec Mme Sylvie Ste-BEUVE, assistante de Mme Denise EPOTE-DURANT, la directrice Afrique. Celle-ci lui avait préparé une réponse écrite matérialisant l'accord de TV5 Afrique au titre de partenaire officiel de COCO BULLES 2003. La réunion a donc été utile pour le directeur du festival pour se faire expliquer les termes de cet accord. Il a été donc retenu que TV5 accorderait une aide financière à l'organisation du festival à hauteur de 2 300 euros. Que la chaîne mettrait à la disposition du comité du festival, 200 T-shirts, 200 cordons de badges et 200 stylos, tous à l'effigie de la chaîne. Mais aussi deux banderoles TV5 a positionner sur le site du festival. Quant à savoir si une couverture publicitaire et rédactionnelle du festival était envisagées sur la chaîne, Mme Sainte-Beuve a expliqué que normalement, la chaîne ne diffuse plus de spots publicitaires des événements dont elle est partenaire. Ceci, du fait que nombreux sont les promoteurs qui n'ont pas respecté les critères techniques imposés et la programmation s'en voyait toujours subir les préjudices. Toutefois, Olvis DABLEY a dit qu'il proposerait dans les meilleures conditions et délais, un élément vidéo à l'appréciation de la chaîne. Pour la couverture rédactionnelle, Mme Ste-BEUVE a dit que la chaîne pouvait diffuser un élément proposé par le festival, vu qu'elle ne pourrait pas déplacer de journaliste sur place.

Le mercredi 09 juillet à 15 heures, le directeur de COCO BULLES a eu une séance de travail au siège du magazine Planète Jeunes avec M. Jean-Louis Couturier, directeur artistique de la publication. Les deux hommes se soucient depuis un an, de programmer à l'occasion du festival, un atelier de formation sur le scénario qui serait organisé par le journal à l'attention des auteurs africains. S'étant récemment retrouvés à Bruxelles à l'occasion du séminaire organisé par AFRICALIA, ils ont convenu de cette séance de travail afin de définir les grands axes de ladite formation. Après une analyse conjointe des difficultés des dessinateurs d'Afrique sur le sujet, il a été retenu que cet atelier porterait spécifiquement sur le thème de "Bande dessinée et scénario dans une publication de presse". Selon M. Couturier l'objectif sera de montrer que l'élaboration et la réalisation d'une bande dessinée dans une publication de presse est un travail très souvent collectif et que chacun y apporte son savoir faire.


Le Jeudi 10 juillet à 11 heures M. DABLEY a rencontré Mlle Olivia BRILLAUD, responsable du service marketing de Radio France Internationale (RFI). Depuis près d'un an, Mlle BRILLAUD suit le dossier du festival, en remplacement de Mlle Fabienne BROSSO avec qui les premiers contacts avaient été entrepris par Olvis DABLEY.
La rencontre a permis au Directeur Exécutif de COCO BULLES d'avoir la confirmation de l'intention de partenariat de RFI sur le prochain festival. Aussi, a-t-il été informé que des spots promotionnels relatifs au festival seraient diffusés sur la chaîne à dix jours de l'événement et qu'un article sur le festival serait publié sur le site internet de la radio avec la possibilité de mettre en lien les sites respectifs du festival et de la radio. Mlle BRILLAUD a également souhaité sous réserve d'en avoir confirmation auprès de sa directrice, que le lauréat du Prix RFI du Meilleur Reporter en dessin de presse, soit reçu au festival où il pourrait lui être remis officiellement son prix.

Le vendredi 11 juillet à 11 heures, M. Olvis DABLEY a rencontré Mlle Séverine AUPERT du service des droits internationaux chez Albin Michel, ainsi que l'attachée de presse chargée de la bande dessinée. Leur maison d'édition est à l'initiative de la publication Magie Noire de Gilbert Groud, qui ouvre ainsi les portes de l'international aux autres dessinateurs ivoiriens et africains en général. Aussi, le directeur de COCO BULLES qui en mesurait la portée psychologique et médiatique, avait tenu à saluer et féliciter les responsables de cette maison d'édition. Mais aussi leur proposer d'envisager une réédition de l'album pour le marché ivoirien et africain avec un coût plus étudié. Il a profiter pour soumettre à ses interlocuteurs, la maquette d'une bande dessinée de l'auteur ivoirien Kan Souffle, dessinateur à Gbich !.

A 15 heures, c'est dans le hall du Méridien Hôtel de Paris porte-Maillot qu'à eu lieu la séance de travail parisienne des deux directeurs de COCO BULLES et d'Angoulême BD, comme souhaité à Sierre.

Après avoir renouvelé son accord d'entrer en partenariat avec COCO BULLES, Jean-Marc THEVENET a dit que sa vision de ce partenariat est de mettre à contribution l'expertise de son festival qu'il envisage comme centre de ressources, au service de la communauté francophone dont l'Afrique. Pour lui, la bande dessinée peut participer de façon concrète à donner le goût de la lecture, voire aider à lutter contre l'illettrisme. Fléau dont est victime nombre de nos sociétés et notamment l'Afrique. Aussi, s'engage-t-il à développer des projets avec son interlocuteur en direction de l'Afrique avec un rayonnement international.

Comme tout premier projet retenu, les deux opérateurs ont envisagé d'organiser entre avril et juin 2004, une grande exposition de bande dessinée dédiée à l'Afrique et réunissant des oeuvres de célèbres dessinateurs du Nord sur le continent, avec une participation d'auteurs africains. Après la présentation de cette exposition à Abidjan dans la capitale ivoirienne, celle-ci serait acheminée en France où elle serait installée dans une prestigieuse salle parisienne pour le public européen.

Dans cette optique, et saisissant l'invitation qui lui a été faite par son homologue ivoirien, M. Jean-Marc THEVENET a confirmé que le festival d'Angoulême serait représenté au 2è COCO BULLES par son président Yves POINOT. Ce voyage d'étude devrait permettre à celui-ci de présenter en vidéo projection, son festival et une exposition du célèbre dessinateur belge, François SCHUITEN d'une part et d'autre part, rencontrer les autorités politiques et culturelles ivoiriennes en vue de leur présenter officiellement le projet de l'exposition cité plus haut.

C'est le lendemain samedi 12 juillet que s'est achevé cette mission qui augure des lendemains meilleurs pour le festival COCO BULLES.


Fait à Abidjan le 15 juillet 2003

Le Comité Directeur


PROJET DU PAVILLON SUISSE COCO BULLES 2003

- Conférences à thèmes –

·Module 1 :
La BD électronique
Exposé de Christophe Bertschy, auteur de la série Smax, réalisée totalement à l'ordinateur (éd. Glénat).

·Module 2 :
Le dessin de presse
Avec Mibé dessinateur au journal la Broye et Maré dessinateur aux quotidiens La Liberté et le Courrier, membres de l'Association des Dessinateurs Romands (ADR).

·Module 3 :
Création d'une BD, du synopsis au story board
Présentation de sen (dessinateur) et Bacchetta (scénariste), auteurs de la série Agulhon noël (éd. paquet) et membres de l'ADR.

·Module 4 :
Rôle d'une maison d'édition et sa relation avec son auteur
Conférences de Pierre Paquet, directeur des éditions Paquet sàrl à Genève et de Ronzon, dessinateur de la série Les Cris de Nortso (éd. Paquet).

·Module 5 :
Le Comic strip dans la BD
Présentation par Rafaele Bacchetta, dessinateur

PROJET DE STAGE BANDE DESSINEE DU 6 AU 9 NOVEMBRE 2003

Sous la responsabilité de l'équipe de Planète Jeunes à la demande de l'équipe de COCO Bulles.


Lors de COCO BULLES Festival International du Dessins de presse et de la BD de Grand-Bassam - Côte d'Ivoire.

• Partenaire Monsieur Olvis Dabley, Directeur.

Le stage serait organisé autour de la conception du scénario d'une bande dessinée en 8 demie journée de 3h chacune. Le stage devant aboutir à la réalisation d'une planche encrée et si possible en couleur à la fin du stage.

Les participants – 8 au maximum – seraient des professionnels Ivoiriens et d'autres pays d'Afrique.
Les intervenants – 2 au maximum – seraient Madame Kidi Bebey (RDC), Evelyne Douailler (SG)ou Jean-Louis Couturier (DA).


6 novembre

Matin

–Analyse de différentes BD.
–À quel public s'adresse-t-elle ?
–Quel genre met-elle en œuvre ? Humour, vie quotidienne, aventures, policier, etc.
–Quel genre graphique met-elle en œuvre ?
–Que font le ou les Héros. Définition des caractères, des personnages principaux, psychologie des personnages.
–Que ne font pas le ou les Héros.
–Le rôle et le profil des personnages secondaires.
–En conclusion, résumer la charte éditoriale et graphique d'une BD.

Après-midi

–Élaboration par chacun des participants d'un projet de scénario.
–C'est un projet personnel ?
–C'est un projet qui s'inscrit dans une publication ?
–Définitions et profils des héros principaux et des personnages secondaires.
–Dans quel genre évolue-t-il ? Humour, aventure, policier, fantastique, etc
–La charte éditoriale du projet.
–La charte graphique du projet.


7 novembre

Matin

–Écriture du scénario pour une plusieurs pages de scénario.
–Idée de départ, péripéties, rebondissements, chute.
–Travail ponctuel avec les intervenants pour la mise au point du scénario.

Après-midi

–Travail en commun pour valider et mettre au point le projet.
–Réalisation des premiers crayonnés pour une ou deux planches.
–Travail sur les plans, les cadrages.
–Mise scène, séquences, éllipses.

8 novembre

Matin

–Mise au point des crayonnés
–Travail avec une direction artistique et/ou éditorial . Quel est leur rôle ?

Après-midi

–Travail en commun pour valider et mette au point les crayonnés.
–Réalisation des premiers encrages
–Faire un encrage exploitable pour être bien imprimé.

9 novembre

Matin

–Derniers encrages
–Validation en commun. Retouches.
–Mise en couleur.

Après-midi

–Fin mise en couleurs
–Présentation des planches
–Travail en commun pour évaluation.
–Exposition des planches dans le cadre de COCO BULLES


N.B : L'ensemble de ce travail a pour but de bien montrer que l'élaboration et la réalisation d'une bande dessinée est un travail très souvent collectif et que chacun y apporte son savoir faire.

Planète Jeunes le 29 juin 2003 : Evelyne Douailler et Jean-Louis Couturier