Publicité pub haut

plus d'infos en lien avec cet article

redacteursKhal Torabully

A lire aussi ...

16|07|2008chronique > histoire/société
imprimer | retour

Plaidoyer à la suite du classement du Morne au Patrimoine Mondial de l'Humanité "Plus qu'une juxtaposition, il nous faut un itinéraire doublé d'une passerelle entre l'Aapravasi ghat et le Morne"Pointe aux Canonniers, Maurice, 7 juillet 08Khal Torabully

Ce 7 juillet 2008, le Morne, après l'Aapravasi ghat, devient le deuxième lieu mauricien à être inscrit au Patrimoine Mondial de l'Humanité de l'Unesco, et il importe de nous ouvrir à cette magnifique opportunité de faire de notre pays la terre de prédilection du dialogue entre ces deux mémoires. C'est mon plaidoyer.

Je le dis d'emblée : je me réjouis de l'inscription du Morne au Patrimoine Mondial de l'Humanité. Ce double classement est une chance extraordinaire offerte à Maurice pour mener un travail de mémoire, et je félicite ici le gouvernement de Navin Ramgoolam pour ses efforts couronnés de ce beau succès.

Et je ne saurai comprendre une absence de volonté de conjoindre les symboliques de ces deux lieux. Il s'agit de créer un mouvement vers et entre eux, propre à la politique interculturelle de l'Unesco. C'est dans ce sens qu'ont été créés les programmes intitulés la "Route de la Soie", voie mythique entre l'Est et l'Ouest, où marchandises, idées et civilisations ont transité et dialogué, et la "Route de l'Esclave", qui, dans la matrice du commerce triangulaire, a façonné l'histoire de l'Afrique et des Amériques, ou des "Routes de l'Héritage Al-Andalus" articulant les cultures, savoirs et arts de l'Europe, du monde arabe et de l'Afrique noire. Ces itinéraires ont mis en exergue ce que les histoires et les civilisations se doivent les unes aux autres. Ces routes ou chemins développent un tourisme culturel basé sur la connection des voies touristiques existantes et des sites de valeur symboliques tels le ghat ou le Morne. "Via Romana", par exemple, a relié les attractions touristiques et les sites archéologiques romains, notamment à travers l'Italie, la France, la Belgique, le Royaume-Uni…

Aussi, considérant la chance exceptionnelle que Maurice possède de réunir deux sites du Patrimoine Mondial sur son territoire, il serait impensable que l'état n'établisse point un itinéraire entre ghat et Morne, dans le cadre d'un "Itinéraire de la mémoire", par exemple, proposant un programme culturel et historique qui donnerait du poids au tourisme culturel durable. Il serait judicieux de s'y pencher déjà, non seulement pour engranger les bénéfices économiques d'une telle conjonction, mais aussi pour agrandir les consciences et approfondir la lecture des histoires, ici et ailleurs.

Donner une symbolique fraternelle, transculturelle à ce dialogue entre esclavage et engagisme, c'est notre mission à tous, gouvernement, intellectuels, artistes et citoyens et citoyennes de ce pays et au-delà des frontières mauriciennes. A l'orée des travaux de la Commission Justice et Vérité, ce classement ne pouvait mieux indiquer la voie à suivre…



Que peut-on lire du ghat et du Morne ?


Le ghat et le Morne laissent poindre l'ancrage d'un d'humanisme du Divers, en adéquation avec la poétique de la coolitude (1), née du terreau mauricien et d'autres visions de la mémoire et des identités, qui sont loin de définitions exclusives, meurtrières, car mon but n'est pas de renoncer à la diversité en m'ouvrant sur les points nodaux de l'expérience de l'engagé coolie, que j'appréhende sous l'angle de son statut juridique, économique et esthétique, et principalement sous l'angle des brassages des mémoires, des cultures et des identités plurielles. Humanisme du Divers, car nous sommes, sur ces rives, tous autant enfants des Indes, de Chine, de l'Europe, des Afriques comme de l'espace arabo-musulman (2).

Dans la coolitude, pour expliquer simplement un concept de la complexité, je mets en présence les différences, les similarités, les visions du monde de ces pages de l'Histoire façonnée par la division internationale du travail du 19ème siècle, en rappelant la mosaïque des peuplements des terres où esclaves et engagés ont frotté leurs sueurs et leurs cultures pour donner à tant d'aires géographiques et humaines ce visage particulier où les Indes et les autres espaces ont été mis en présence. Ce processus de mise en relation s'en trouve amplifié avec la globalisation actuelle. Sans préjuger des futures productions, des négociations ont lieu actuellement, par exemple, entre Hollywood et Bollywood, pour développer leurs présences cinématographiques aux Indes comme ailleurs. Autre signe que la coolitude n'attend pas et suit un mouvement incontournable de brassage de mémoires et d'imaginaires.

Maurice, puisque le classement du Morne est confirmé, est devenu le premier lieu au monde qui peut, avec ses spécificités et à sa mesure, servir de réceptacle à ce brassage entre les diverses mémoires de l'engagisme et de l'esclavage. Maurice aura donc le rare privilège de croiser deux lieux de mémoire, ghat et Morne, et non de les livrer à des considérations susceptibles d'entériner des exclusions ou des fermetures à l'encontre même de la symbolique de ces lieux classés comme patrimoine de l'humanité et non de groupes particuliers. Ce lieu doit être un contenant digne, et propulser une symbolique, un sens édifiants pour l'ensemble des humains, c'est sa vocation intrinsèque. Le travail de la coolitude a commencé ici il ya plus de 20 ans ; Maurice peut se prévaloir de ce capital culturel, intellectuel et humain pour développer une rare essence relationnelle.



Le devoir du travail de mémoires entre Ghat et Morne


L'Aapravasi ghat, ex-coolie ghat et le Morne, deux lieux sur la mer indienne, en cette terre mauricienne exiguë.

L'un pour accueillir les engagés de divers pays et l'autre pour héberger des esclaves marrons qui s'y sont suicidés pour ne pas sombrer dans l'asservissement, comme le souligne la mémoire collective.

Une topographie contrastée mais une relation à l'espace très proche : un morne est un flanc de montagne, souvent au bord de l'eau, un ghat est un endroit au bord de l'eau aussi.

L'un pour l'entrée au pays mauricien, et aussi pour un transit des engagés. L'autre pour un refuge et une sortie tragique.

Ces deux trajets, ces deux trajectoires, cependant, aussi éloignés qu'ils puissent paraître, ont un chemin de traverse fondée sur une logique économique inique, induisant des migrations massives, forcées ou d'apparence consentante. Avec leurs taillis de représentations qui se mêlent, se brouillent, avec des itinéraires à établir.

Si l'esclavage fut la clé des voûtes des systèmes plantationnaires tels que le sucre, le coton, le café, l'indigo ou l'hévéa, il n'en demeure pas moins que c'est la même logique qui eut recours à l'engagisme pour poursuivre les productions coloniales, avec une différence juridique considérable : le coolie avait un statut de migrant et de salarié, défini par un contrat, rarement respecté au lendemain des abolitions de la traite, alors que l'esclave ne fut que pièce d'ébène, objet, charrue, outil aratoire. Il fut même privé de son nom.

Deux espaces symboliques qui doivent continuer à oeuvrer pour le recouvrement des mémoires, et à indiquer un dépassement dans une articulation pouvant créer les prémisses d'une meilleure compréhension entre descendants de deux histoires qui ont acquis un statut désormais reconnu de la part de pays qui ont pratiqué l'esclavage, les traites négrières et l'engagisme, comme l'attestent le classement du ghat, la célébration du bicentenaire de l'abolition de l'esclavage en GB ou l'établissement de la Journée de la mémoire annuellement en France.

Le ghat ouvre la voie vers le Morne, cette pente se fendant d'une chute vertigineuse dans l'océan Indien. Le Morne regarde vers cet espace d'autres damnés de la canne, où le dialogue reste à faire.



L'Histoire n'est ni noire ni blanche, elle est marronne


Maurice est aujourd'hui même le seul pays au monde ayant deux lieux de ces deux mémoires classés par l'Unesco, deux mémoires à tisser sans les réduire à l'indifférenciation. Et il serait impardonnable que nous rations ici l'occasion de les faire dialoguer. Oui, il nous serait impardonnable de continuer à lire l'histoire sous l'angle des arbres qui cachent la forêt.

Ghat et Morne, auxquels nous devrons désormais donner le statut de personnages de nos histoires, de nos récits collectifs et de nos imaginaires historiques, se devront de rappeler que le premier esclave à Maurice comme à la Réunion était…indien, que l'engagisme fut une "nouvelle forme d'esclavage", comme l'a écrit Hugh Tinker. Il est nécessaire de savoir en quoi cette forme est nouvelle, pourquoi les premiers coolies furent des chinois qui se révoltèrent et furent renvoyés chez eux, d'apprendre que le marronnage des esclaves trouvait un répondant dans le vagabondage de l'engagé (alors même qu'un groupe d'esclaves indiens avait marronné sous les colons hollandais à Maurice), que descendants d'esclaves et d'engagés ont tous deux développé des points de rencontres et de partages de langues, de codes hybrides, de cultures mosaïques, des stratégies de replis et de détours façonnés par le même univers des plantations.

Je suis pour un partage des potentialités que ces lieux peuvent permettre de développer, car les deux mémoires ont dorénavant leur matérialité topographique, permettant de dessiner leurs réels contours dans un esprit de partage et non d'exclusions meurtrières. Maurice a la chance inouïe d'enrichir le patrimoine humain d'une relation dialogique issue de deux souffrances non plus à mettre en concurrence mais en quête de liens pouvant agrandir les mémoires qui parfois peuvent se replier sur elles-mêmes, sous prétexte que "ma souffrance est supérieure à celle de l'autre". C'est souvent ici que commence l'identité meurtrière. Il s'agit d'articuler sans affadir ni exclure.

Maurice peut donner au monde un sens du dialogue transculturel et un dialogue vers le sens des diversités. C'est un beau et grand défi. Le Ghat et le Morne portent en eux, si nous les semons bien, les germes d'une fluidité historique pour le plus grand bien de l'humanité, loin des pétrifications des mémoires à des fins tristes.

Penchons-nous sur leur coolitude, leur potentiel d'un humanisme du Divers porteur de grandes espérances pour le monde et ayons à cœur cette noble ambition. L'Aapravasi ghat est déjà ouvert à cet échange, comme l'ont démontré Raju Mohit, officer in charge et Satyendra Peerthum, historien affecté au ghat, établissent déjà que 5% des engagés étaient africains, chinois, européens, ouvrant l'engagisme, au-delà des exclusions, à son caractère "universel", et se montrent désireux d'entamer un dialogue avec leur site frère, le Morne.

Dans ce sillage et par extension, Maurice est tout à fait indiquée pour servir de lieu à un dialogue entre l'Atlantique et l'océan Indien (3), car c'est dans la mise en séquence de ces deux histoires et ces deux mémoires dans ces deux océans que l'engagisme et l'esclavage aideront à mieux panser et penser notre vivre-ensemble dans un monde fragilisé par de multiples défis. Dans le prolongement de ces deux lieux classés, c'est le prochain grand itinéraire à explorer.

Ghat et Morne : les mauriciens peuvent revendiquer leur coolitude, ancrée désormais dans leur paysage proche. L'invitation est aussi lancée aux Réunionnais, Guadeloupéens, Martiniquais, Guyanais, Fidjiens, Sud-africains, Malaisiens… et toutes les consciences concernées par une identité ouverte sur l'autre, fondée sur le désir d'une culture de la paix dans le monde.



(1) Pour plus d'informations sur ce concept, cliquez le mot coolitude sur google ou un autre moteur de recherches.
(2) Voilà ce qu'en dit Véronique Bragard, auteure d'une thèse intitulée Gendered voyages into coolitude : "Le concept de la coolitude se développe en effet autour d'une double articulation : donner une voix au personnage indien souvent mis sous silence ou passé sous couvert d'exotisme mais aussi tendre vers un rapprochement entre communautés. Au-delà de la symbolique de souffrance qui lui est souvent attribuée, l'espace océanique, symbole du passage, devient cette'Atlantique Noire' de Gilroy, cet espace incommensurable de rencontres et de frottements, établissant un rapport entre l'Atlantique et l'Océan Indien, entre les sociétés et mémoires des Antilles et les Mascareignes. Dans de nombreux ouvrages d'écrivains d'origine coolie, tels ceux du mauricien Khal Torabully, de la mauricienne Ananda Devi, du guyanais David Dabydeen ou de la trinidadienne Leelawatee Manoo-Rahming, thématiques, métaphores et symboles liés à la traversée des Kala Pani (eaux noires car impures pour les hindous) et à la (trans)plantation donnent lieu à un imaginaire transocéanique…, in Regards croisés sur la mémoire coolie des Antilles aux Mascareignes.
Signalons qu'une thèse a été soutenue à l'Université de Warwick en 2006, sous la direction de David Dabydeen, qui vient d'inscrire la coolitude dans les études de troisième cycle. Ce travail de Shivani Gurunathan utilise l'outillage conceptuel de cette poétique en vue d'articuler les textes des auteures de Malaisie et celles des Antilles britanniques.
(3) Cette vision nécessite un réel intérêt de la part de l'état, qui peut et doit aussi mettre Maurice sur la carte non seulement comme terre d'opportunités économiques mais aussi des humanités. Le concept de l' "île durable" que le gouvernement promeut ne saurait avoir de sens plein sans un volet de développement culturel à la hauteur des enjeux et des attentes.

L'auteur attire l'attention des lecteurs sur le fait qu'une version plus longue de cette réflexion sera publiée par l'équipe de Brinda Mehta, qui consacre un numéro spécial à la diaspora indienne dans le magazine l'Esprit Createur, Indian Ethnoscapes in Francophone Writings of Indenture, Rutgers University, USA, à paraître cette année.

(1) Pour plus d'informations sur ce concept, cliquez le mot coolitude sur google ou un autre moteur de recherches.
(2) Voilà ce qu'en dit Véronique Bragard, auteure d'une thèse intitulée Gendered voyages into coolitude : "Le concept de la coolitude se développe en effet autour d'une double articulation : donner une voix au personnage indien souvent mis sous silence ou passé sous couvert d'exotisme mais aussi tendre vers un rapprochement entre communautés. Au-delà de la symbolique de souffrance qui lui est souvent attribuée, l'espace océanique, symbole du passage, devient cette'Atlantique Noire' de Gilroy, cet espace incommensurable de rencontres et de frottements, établissant un rapport entre l'Atlantique et l'Océan Indien, entre les sociétés et mémoires des Antilles et les Mascareignes. Dans de nombreux ouvrages d'écrivains d'origine coolie, tels ceux du mauricien Khal Torabully, de la mauricienne Ananda Devi, du guyanais David Dabydeen ou de la trinidadienne Leelawatee Manoo-Rahming, thématiques, métaphores et symboles liés à la traversée des Kala Pani (eaux noires car impures pour les hindous) et à la (trans)plantation donnent lieu à un imaginaire transocéanique…, in Regards croisés sur la mémoire coolie des Antilles aux Mascareignes.
Signalons qu'une thèse a été soutenue à l'Université de Warwick en 2006, sous la direction de David Dabydeen, qui vient d'inscrire la coolitude dans les études de troisième cycle. Ce travail de Shivani Gurunathan utilise l'outillage conceptuel de cette poétique en vue d'articuler les textes des auteures de Malaisie et celles des Antilles britanniques.
(3) Cette vision nécessite un réel intérêt de la part de l'état, qui peut et doit aussi mettre Maurice sur la carte non seulement comme terre d'opportunités économiques mais aussi des humanités. Le concept de l' "île durable" que le gouvernement promeut ne saurait avoir de sens plein sans un volet de développement culturel à la hauteur des enjeux et des attentes.

L'auteur attire l'attention des lecteurs sur le fait qu'une version plus longue de cette réflexion sera publiée par l'équipe de Brinda Mehta, qui consacre un numéro spécial à la diaspora indienne dans le magazine l'Esprit Createur, Indian Ethnoscapes in Francophone Writings of Indenture, Rutgers University, USA, à paraître cette année.





ajoutez un avisvotre avis

le morne et le ghat Publié le 26|07|2008 bonne idee Publié le 26|07|2008