Publicité

plus d'infos en lien avec cet article

A lire aussi ...

Le Président, de Jean-Pierre Bekolo

La critique autour des films du Maghreb

Locarno 2012 : un Open Doors pour l'Afrique

La censure des films s'intensifie au Cameroun

"Je suis parti, mais je ne sais pas si je suis arrivé…"

entretien d'Olivier Barlet avec Jean-Pierre Bekolo à propos de Les Saignantes

Les Saignantes

Fespaco 1997 : le développement sera culturel ou ne sera pas

entretien d'Olivier Barlet avec Jean-Pierre Bekolo (Cameroun)

Cannes 2001, au jour le jour

entretien d'Olivier Barlet avec Joseph Gaye Ramaka (Sénégal)

Karmen Geï

entretien d'Olivier Barlet avec Joseph Gaye Ramaka

Karmen Geï

Une synthèse intérieure

Ababacar Samb-Makharam

Karmen censuré

Le cinéma africain est mal parti

Les cinémas d'Afrique au-delà des comédies musicales

"Karmen" : une censure à l'arme blanche

Africa Dreamings

Sembene ! à Cannes

Le cinéma au Burkina Faso (5)

La présence noire dans le cinéma en France

La critique occidentale des cinémas africains entre cinéphilie et universalisme

Ousmane Sembène, tout à la fois

L'écrivain africain aujourd'hui 

Cheikh Sow : "La diversité n'est pas synonyme d'égalité"

L'histoire chez Sembène Ousmane

À la rencontre de Sembène

Ousmane Sembène : une vie

Celui qui aura résisté

Ousmane Sembène, théoricien et praticien du genre romanesque et de la cinématographie en Afrique

"Une nouvelle Afrique est en train de naître. Avec les femmes. Elles sont épatantes."

Kiné, la Nouvelle Femme africaine

Les femmes africaines dans les films de Sembène

Les techniques de transposition dans les plus grands thèmes de l'œuvre écrite et filmée d'Ousmane Sembène

Chorégraphie de la langue

"Nous sommes identiques à tous les peuples de la terre"

Sembène écrivain : l'opposition homéopathique

La leçon de cinéma de Sembène Ousmane au festival de Cannes 2005

Entre film et littérature, l'art des alternatives

Sembène Ousmane affiche son cinéma

La bonne distance : les mots et les images

Ousmane Sembène, artiste postcolonial ?

Sembène Ousmane et l'extraversion de l'Afrique

Sembène le mécréant

Une vie jalonnée de combats

Aux côtés de Sembène

Sembène Ousmane : une conscience africaine, un destin hors du commun

Sembène Ousmane (1923-2007), une biographie

Ousmane Sembène ou l'art de se jouer du destin

Lettre à Ousmane Sembène

L'Aîné des Anciens

Sembène écrivain : pour chaque cible, un nouveau style d'opposition

Interview with Ousmane Sembène, by Olivier Barlet

Moolade

Sembène le mécréant

The Making of "Moolaade"

Les écrivains et la colonie : les mensonges de l'Histoire

Dakar, Yaoundé : la vidéo a besoin de cinéma

La leçon de cinéma d'Ousmane Sembène au festival de Cannes 2005

Le griot-totem

La représentation de la femme dans les cinémas d'Afrique noire

"Le renouvellement de l'Afrique se fera par la culture"

Ecrans noirs : le Nigeria à la porte

entretien d'Olivier Barlet avec Fatoumata Coulibaly

Cannes 2004 : du social au regard

Moolaade

"Le problème est plus mental qu'économique"

Désormais annuel, l'African Film Festival de New York a déroulé sa nouvelle scène en plein cœur de Harlem

Faat Kine : Sembène s'explique

entretien d'Olivier Barlet avec Ousmane Sembène

à propos de la rétrospective Sembène Ousmane au cinéma des Cinéastes

Conférence de presse de Sembène Ousmane à propos de Faat Kine

Ceddo

"Je ne pense pas que les autres religions nous aient apporté quelque chose"

La femme, une figure libératrice

Le Fespaco 2001 au jour le jour

Conscience, pardon et culpabilité

"La Fepaci et les personnes qui la gèrent doivent résider sur le continent africain"

L'Islam noir n'est pas violent

Mahama Johnson Traoré

Njangaan

Extrait de Njangaan

© DR

Extrait de Afrique-sur-seine

© DR

02|12|2016analyse > cinéma/tv
imprimer | retour

La censure au cinéma, de Hollywood à Dakar Thierno Ibrahima Dia

Régenter l'expression de la pensée n'est pas né avec le celluloïd. "Il existait à la cour des empereurs byzantins des silenciaires officiels. Ils avaient pour fonction de faire taire les perturbateurs de tous ordres, afin que règne la seule pensée établie " écrit Michel Maffesoli (1). Analyser la censure (surnommée Dame Anastasie, sainte patronne représentée avec des ciseaux) (2) au cinéma nécessite de prendre en compte l'histoire, le contexte du pays et du film, la dimension sociologique de l'artiste, au sein de la société.

Le cinéma provoque la suspicion, et ce, dès les Kinétescope Parlors (en 1893), avec lesquels le spectateur, individuellement, regarde penché dans une boîte. Le véritable et premier acte de censure au cinéma est provoqué par une Africaine aux États Unis : Fatima Djemille. La longue file masculine, surexcitée et attirée par le mystère de cette boîte et l'attrait de cette femme, a entraîné l'intervention de la police. Les déhanchements de la danseuse égyptienne rameutaient une foule d'hommes. Le résultat ne s'est pas fait attendre ! De larges bandes horizontales à hauteur de hanches et de seins ont strié l'image, afin de donner un voile de pudeur à son énergique danse du ventre. Filmé lors de la Foire internationale de Chicago en 1893 par Thomas Edison, Fatima's Coochie-Coochie Dance est le premier casus belli contre le cinéma. D'autres cas - certains plus fameux que d'autres, en fonction des différentes commissions de censure 3 - suivront au pays de Barack Obama. Des Treize Points 4 de 1921 au code Hays 5, jusqu'au dessin animé Kirikou de Michel Ocelot, interdit aux moins de 16 ans, car l'espiègle garnement ouest-africain apparaît tout nu 6 à l'écran.

CENSURE ET AUTOCENSURE


Définir la censure n'est pas aisée, car elle prend plusieurs formes et engage plusieurs acteurs. Depuis l'État détenteur de la violence légitime, jusqu'au citoyen, qui, parfois, s'octroie un pouvoir de nuisance. Censurer un film, c'est empêcher une rencontre, voire une naissance, entre l'oeuvre et son public. Le créateur lui-même peut le faire, en s'autocensurant. "Dans le cinéma arabe par exemple, qu'elle soit timorée ou audacieuse, la représentation du corps au cinéma a toujours constitué un sujet sensible. Nombreux sont les films qui sont passés sous les griffes de la censure […] Conséquence, aux films tronqués et saignés à vif, s'ajoutent les réalisateurs qui s'imposent un code d'autocensure qui finit souvent par dénaturer le projet initial d'un film", comme le souligne Hanane Essaydi (7). En Grande-Bretagne, la censure arrive tôt. En 1912, l'île Maurice et la Gold Coast (actuel Ghana) sont les deux colonies qui l'appliqueront, aussitôt établie. En France, les commissions de contrôle sont créées dès 1916 ; les colonies françaises en connaîtront les premières mesures en 1921 ; et surtout avec la promulgation du décret Laval le 8 mars 1934 en Afrique occidentale française (AOF). Colin Dupré a fait un impressionnant travail d'investigation sur ce sujet, prolongé par le récent ouvrage d'Odile Goerg. Cependant, l'historienne n'explique pas mieux pourquoi l'OAF et particulièrement le Sénégal, sa capitale, était si en avance dans le contrôle strict des films et disques. La censure agit parfois dans l'espace de projection lui-même. La ségrégation raciale, sévissant aux États-Unis et aussi dans les colonies en Afrique, certaines salles de cinéma sont interdites aux Noirs ou alors il existe des espaces réservés, selon une classification raciale. À Dakar, des salles comme Al Akbar (quartier Jet d'eau) ou Liberté (quartier Grand Dakar, face au stade Demba Diop) ont gardé la répartition spatiale, issue de la période coloniale française, avec (....)


POUR LIRE LA SUITE :

Suite à une décision de l'assemblée générale 2011 des adhérents de l'association Africultures, l'accès aux articles des dossiers de la revue Africultures est soumis à une cotisation de soutien dont vous choisirez vous-même le montant (voir plus bas).

Si vous avez déjà un compte client sur Africultures vous pouvez saisir vos paramètres d'identification :


ENTREZ VOTRE LOGIN


ENTREZ VOTRE MOT DE PASSE

valider >




Pour lire tous les articles du site, devenez membre bienfaiteur de l'association Africultures pour une somme de votre choix : merci de cliquer [ici]

Vous pouvez commander la revue imprimée sur Amazon, en librairie ou sur le site des Editions L'Harmattan.