Publicité

plus d'infos en lien avec cet article

A lire aussi ...

Jean Genet le "Nègre blanc"

La compagnie des Griots ou l'ambition d'un "véritable théâtre noir moderne"

Jenny Alpha : mémoire du "Paris noir"

Jina Djemba, nue entre la Vénus noire et le masque poudré de Madame de Tourvel ?

Paris Créole Blues

Jenny Alpha, un destin hors du commun

Jenny Alpha, une mémoire du théâtre français

Première cérémonie des "Jenny" à la Chapelle du Verbe Incarné :

Rencontre avec Jenny Alpha

entretien d'Olivier Barlet avec Sidiki " Sijiri " Bakaba, acteur ivoirien

Roues libres

Sidiki Bakaba : suite

Histoire d'un retour au pays

Les déconnards

La présence noire dans le cinéma en France

Calixthe Beyala et Ken Bugul : regards de femmes sur l'Afrique contemporaine

Vingt ans après Mariama Bâ, nouvelles écritures au féminin

Calixthe Beyala : l'é-CRI-ture du corps féminin

Mémoires d'exilées : altération des identités et représentations de l'altérité

Calixthe Beyala

"La Marche de 1983 a une histoire"

Petit détour par Exhibitions - L'invention du sauvage au Musée du Quai Branly

La France noire (1),

Manifeste pour un musée des histoires coloniales

Lilian Thuram : "Il faut dénoncer ce dont nous sommes témoins"

La France noire sort de l'ombre

D'ethnie à groupe social

Colloque "Images et représentations des Maghrébins dans le cinéma en France"

Pour une République multiculturelle et postraciale

Identité nationale et passé colonial : pour un véritable débat

Des Noirs en couleur - les joueurs afro-antillais en équipe de France

Instinct nègre !

De l'esclavage au colonialisme : l'image du "Noir" réduite à son corps

Notre Dame de la Garde…

La fracture coloniale

Le retour des zoos humains

Paris / Tokyo : la mémoire coloniale qui bloque

La "Maison de la France" et les "Indigènes de la République"

Un parfum chocolat

Offrez-vous un nègre !

Déshabillez-moi !

Gang in France !

Musée des immigrations : Pascal Blanchard répond à Jacques Toubon

Centre de mémoire de l'immigration :

Les différences qui ne laissent pas indifférent…

Uncle Ben's dans les rues de Paris !

Le marketing ethnique est arrivé !

Forcément, c'est attirant !

Les Blacks ont un grand sexe ?

Un bout de chemin ensemble ?

Les images meurent aussi…

Sauvage ou assimile ?

Des zoos humains aux apothéoses coloniales

Césaire, notre contemporain en webdoc

Aimé Césaire - Poésie, Théâtre, Essais et Discours

Rentrée littéraire 10 : Visite à Aimé Césaire de Nimrod

Aimé Césaire, frère volcan de Daniel Maximin

"Il faut absolument donner la place aux Afro-Français"

The chronic : Ave Césaire

Césaire/Glissant : Une distinction inattendue

Dires du monde : la parole corallienne de l'engagisme enfin audible

"La pensée de Glissant demande à être lue avec patience"

Pour un espace littéraire continu

Une prière à l'humanité

Césaire, colosse au cœur d'argile

La Négritude et l'Afrique dans le Cahier d'un retour au pays natal

La formation de la diaspora noire dans le monde et son héritage africain

Centenaire de la naissance d'Alioune Diop

Pierre Bouvier : " Les illusions assimilationnistes dénoncées par Césaire et Fanon laissent place, faute d'alternatives, à un pragmatisme raisonné "

Aimé Césaire, Adieu au Nègre Majuscule

l'homme limitrophe

poème en hommage à Césaire

Pourquoi je ne rendrai pas hommage à Césaire

Césaire : l'envol du Phénix

L'hommage d'un bédéiste à Césaire

Aimé Césaire : la passion du poète

Rendre à Césaire

Poète, nous te pleurons…

Aux obsèques nationales d'Aimé Césaire

Aimé Césaire : le volcan s'est éteint

De l'île Maurice, parole pour l'aimé Césaire

Césaire, créateur et passeur de mots

Ferrements et autres poèmes

La Comédie Indigène

Des pèlerins africains chez Aimé Césaire

Nègre je suis, nègre je resterai. Entretiens avec F. Vergès.

Genèse du monde et de l'écriture chez Aimé Césaire et Edouard Glissant de Michel Moukouri Edeme, Yaoundé, CLE, 2004, 462 pages.

L'inutile utilité de la littérature

Relation et littérature

Un festival de cinéma dans les foyers

Noirs de France

Les trésors d'oncle TOMA à la Chapelle du Verbe incarné

Mémorial virtuel des esclavages et de leurs abolitions

Femme de combat/Combat de femme 10 : Laëtitia Guédon, un univers "au Féminin"

Avignon Off 2012 - Premiers contacts

Projection privée à la Chapelle du Verbe Incarné

" La force du rêve de Toussaint brise les chaînes "

Terre des grands larges en Avignon : La Chapelle du Verbe Incarné

Territoires et identités contemporaines

Blues pour Sonny

à propos du Balcon

La Damnation de Freud (1)

TOMA 2001 : Avignon, une consécration pour la Chapelle du Verbe Incarné

Entre jazz et cinéma

Afrique et Outre-Mer ont fait un carton à la Cartoucherie

Extraits de la table ronde du 16 juillet 2000

TOMA 2000

Premier héros noir du petit écran

Le Balcon

TOMA 1999 : Théâtre en Avignon 1999 : Afrique fantasmes, Afrique fantômes

à propos de l'esclave et le molosse

L'esclave et le molosse

à propos des TOMA (Théâtres d'outre-mer en Avignon) 98

Fatima, l'Algérienne de Dakar

à propos de la rétrospective Sembène Ousmane au cinéma des Cinéastes

à propos de Watani

Watani, un monde sans mal

Gaston Kelman présente : Je suis noir et je n'aime pas le manioc à Yaoundé.

Festival d'Avignon (In) 2013 : l'Afrique fait le buzz ?

Ici commence Ici de Sony Labou Tansi

L'avènement du carrefour

L'écrivain africain aujourd'hui 

Corps et truculence dramaturgique de Sony Labou Tansi à Koffi Kwahulé

La Parenthèse de sang

L'atelier de Sony Labou Tansi

"Que la France se taise devant la majorité que nous sommes*"

Lyriques amoureuses

La quête d'un féminisme réaliste chez Zola et Sony Labou Tansi

L'étonnante résistance de la littérature africaine

Le théâtre au Congo pendant les guerres et après

entretien de Boniface Mongo-Mboussa avec Maïmouna Coulibaly, secrétaire générale de Fest'Africa

Sony Labou Tansi et l'écriture du corps : la subversion par le bas

Le Pleurer-Rire* des écrivains africains

1998 : Mémoire sur scène

Limoges 1989 : à propos de Sony Labou Tansy

Limoges 1998 : une mangrove francophone enracinée en Limousin

Antilles-sur-Seine

Regards sur le "Théâtre Noir" de Benjamin Jules-Rosette

Black Bazar : Aux sources de la rumba

Transhumances littéraires africaines :

Les Étonnants Voyageurs à Brazzaville : quelles économies du livre en jeu ?

Les Étonnants Voyageurs à Brazzaville :

Demain j'aurai vingt ans

Ecrire l'Afrique à partir de l'autre rive

Afrique. Paroles d'écrivains

Une relecture du porc-épic de Mabanckou

Black Bazar

"L'œuvre de Baldwin est plus que jamais d'actualité"

Mémoires de porc-épic

"Le code noir"

Raharimanana, quel qu'en soit le prix…

Divagations pendant un hiver au Michigan

Comment faire passer un roman pour une "suite" d'un autre ?

Ce soir vous lirez Quignard ou Raharimanana

Kourouma avait raison : la politique est une affaire de bêtes sauvages

Verre cassé

et moi aussi je ne sais rien de cette île

Espèces d'Africains !

Paroles engagées, Paroles engageantes

Sortir des bois

Fenêtre sur l'Amérique (5)

Ecrivains-voyageurs, écrivains engagés

La dernière image

Réponse d'Alain Mabanckou à Jean-Luc Raharimanana

Jean-Luc Raharimanana

Fenêtre sur l'Amérique – 4, par Alain Mabanckou

African psycho

Deux librairies à Ann Arbor (Michigan, USA)

Papa Wemba : de cette musique congolaise qui incite à l'immigration

Guyane, Haïti, les autres Amériques…

"Stop War"

Les Petits-fils nègres de Vercingétorix

entretien de Boniface Mongo-Mboussa avec Alain Mabanckou.

La beauté du Congo multiethnique

Alain Mabanckou ou l'errance légendaire

Poésie : chronique d'une mort annoncée ?

Premiers romans

entretien de Boniface Mongo-Mboussa et Landry-Wilfrid Miampika avec Alain Mabanckou

"Que la France commence par s'ouvrir à elle-même si elle veut respirer !"

Trio de cannibales

Autour du "Collectif Egalité"

White Material

Trois femmes puissantes

Marie Ndiaye, cette femme

Où situer Marie Ndiaye ?

La condition noire, Essai sur une minorité française

Le cinéma au Burkina Faso (9.1)

Le cinéma au Burkina Faso (6)

Le cinéma au Burkina Faso (5)

Writing on Walls

De l'indicible au romantique : les masques de l'amour au cinéma

Apt 2003 : la belle synergie

Amiens 2003 : l'Algérie et les femmes

La diffusion au Sud des films du Sud

La Colère des dieux

à propos de La Colère des dieux

Travailler dorénavant dans la proximité !

Idrissa Ouedraogo en tournage, le 17ème jour

Fespaco 1997 : le développement sera culturel ou ne sera pas

Pour un documentaire d'investigation

Terres africaines 5

entretien d'Olivier Barlet avec Idrissa Ouedraogo (Burkina Faso)

Kini et Adams

Résister, marronner, créer "hors domination" :

Luc Saint-Eloy : respirer créole à Paris avec le Théâtre de l'Air Nouveau

Lire en été 5 - Tchicaya U Tam'si a violé la lune et Boniface Mongo était là !

Tchicaya U Tam'si, poète tout cru et tout nu

"Tchicaya U Tam'si empêchait la littérature africaine de tourner en rond"

Tchicaya

Ecrire le Congo à partir de l'ailleurs : Tchicaya U Tam'Si

01|02|2012entretien > interculturel/migrations
imprimer | retour

"L'occultation de l'histoire afro-antillaise est à la source de la colère de nombreux Noirs de France" entretien d'Olivier Barlet avec Juan Gélas, réalisateur de la série Noirs de France

À partir du 5 février 2012, France 5 diffuse la remarquable série en trois volets Noirs de France sur l'histoire des Afro-Antillais en France. Rencontre avec Juan Gélas qui l'a réalisée avec l'historien Pascal Blanchard.

Noirs de France est une synthèse historique d'envergure : comment s'est passé le travail avec Pascal Blanchard ? Par quelles étapes êtes-vous passé ?

La rencontre entre Pascal et moi est tout d'abord celle d'un historien et d'un réalisateur de documentaire. Nos approches différentes nous ont permis de placer le projet là où nous voulions qu'il soit, à la croisée de l'histoire et du témoignage. Pour moi, comme pour Pascal, il s'agissait d'affirmer sans ambiguïté que l'histoire des Afro-antillais en France est partie intégrante de notre histoire nationale, avec toutes ses particularités, qu'elle est inscrite au cœur de notre histoire collective. Le fait que cette histoire soit encore mal connue, ou trop souvent absente de nos manuels d'histoire n'enlève rien à sa légitimité, ni à son importance. En même temps, l'histoire que nous racontons à travers ces trois films s'incarne dans des parcours de vie bien réels, ceux de millions de Français d'aujourd'hui et de leurs ancêtres, il me paraissait indispensable que la parole de certains de ces hommes et femmes émerge et soit au cœur de notre projet. Le travail en commun s'est déroulé sur plus d'un an et demi, entre l'écriture définitive du dossier et le montage des trois films. Dès le départ, nous avions décidé de tisser ensemble l'histoire politique, sociale et culturelle des Afro-Antillais vivant dans l'hexagone. Les étapes ont été nombreuses, des choix tout d'abord, constants. Nous ne prétendons pas avoir écrit l'histoire définitive de la France Noire depuis la fin du XIXe siècle, ce serait une illusion et prétentieux et puis tant reste à faire ! Par contre il nous paraissait important de dégager des cohérences dans cette longue histoire si diverse ; la longue lutte pour la citoyenneté et l'égalité, la recherche identitaire, les rapports de force entre majorité et minorité… En fait, nous avons cherché à baliser le terrain, en remettant à leur place les grandes dates, les événements majeurs et certaines des grandes voix de l'histoire afro-antillaise en France. Il y a urgence !

Quels ont été les choix douloureux nécessaires ? Quel récit avez-vous voulu faire ? Comment résumeriez-vous l'évolution de cette présence noire sur les trois époques ?

Dès l'écriture du projet j'ai souhaité rassembler au sein du même projet les présences en France hexagonale de populations noires d'origines très diverses, antillaise, réunionnaise, guyanaise mais aussi africaines. Je voulais que nos films résonnent dans la France d'aujourd'hui où des générations entières dont les parents viennent de toute la diaspora noire, naissent et grandissent sur le sol de France. Ces Français, quelles que soient leurs origines, sont souvent vus et perçus comme des Noirs avant toute autre chose et partagent ce que l'historien Pap Ndiaye décrit comme une "condition noire". En se plongeant dans l'histoire on s'aperçoit que les parcours hexagonaux de ces différentes populations sont variés et distincts mais qu'ils se croisent en permanence, dans l'espace colonial, sur les champs de bataille, au sein des mouvements nègres de l'entre-deux-guerres, dans les cercles des intellectuels de la négritude, dans les mouvements migratoires des Trente Glorieuses… En mettant en (....)


POUR LIRE LA SUITE :

Suite à une décision de l'assemblée générale 2011 des adhérents de l'association Africultures, l'accès aux articles des dossiers de la revue Africultures est soumis à une cotisation de soutien dont vous choisirez vous-même le montant (voir plus bas).

Si vous avez déjà un compte client sur Africultures vous pouvez saisir vos paramètres d'identification :


ENTREZ VOTRE LOGIN


ENTREZ VOTRE MOT DE PASSE

valider >




Pour lire tous les articles du site, devenez membre bienfaiteur de l'association Africultures pour une somme de votre choix : merci de cliquer [ici]

Vous pouvez commander la revue imprimée sur Amazon, en librairie ou sur le site des Editions L'Harmattan.