Publicité

plus d'infos en lien avec cet article

A lire aussi ...

Auteurs postcoloniaux et manuels scolaires : un lien en construction

Contes créoles et subversion du discours littéraire

Césaire, notre contemporain en webdoc

Aimé Césaire - Poésie, Théâtre, Essais et Discours

Rentrée littéraire 10 : Visite à Aimé Césaire de Nimrod

Aimé Césaire, frère volcan de Daniel Maximin

"Il faut absolument donner la place aux Afro-Français"

The chronic : Ave Césaire

Césaire/Glissant : Une distinction inattendue

Dires du monde : la parole corallienne de l'engagisme enfin audible

"L'occultation de l'histoire afro-antillaise est à la source de la colère de nombreux Noirs de France"

"La pensée de Glissant demande à être lue avec patience"

D'ethnie à groupe social

Pour un espace littéraire continu

Césaire, colosse au cœur d'argile

La Négritude et l'Afrique dans le Cahier d'un retour au pays natal

La formation de la diaspora noire dans le monde et son héritage africain

Centenaire de la naissance d'Alioune Diop

Pierre Bouvier : " Les illusions assimilationnistes dénoncées par Césaire et Fanon laissent place, faute d'alternatives, à un pragmatisme raisonné "

Aimé Césaire, Adieu au Nègre Majuscule

l'homme limitrophe

poème en hommage à Césaire

Pourquoi je ne rendrai pas hommage à Césaire

Césaire : l'envol du Phénix

L'hommage d'un bédéiste à Césaire

Aimé Césaire : la passion du poète

Rendre à Césaire

Poète, nous te pleurons…

Aux obsèques nationales d'Aimé Césaire

Aimé Césaire : le volcan s'est éteint

De l'île Maurice, parole pour l'aimé Césaire

Césaire, créateur et passeur de mots

Ferrements et autres poèmes

La Comédie Indigène

Des pèlerins africains chez Aimé Césaire

Nègre je suis, nègre je resterai. Entretiens avec F. Vergès.

Genèse du monde et de l'écriture chez Aimé Césaire et Edouard Glissant de Michel Moukouri Edeme, Yaoundé, CLE, 2004, 462 pages.

L'inutile utilité de la littérature

Relation et littérature

Avignon 2010 : le Festival "in" prendra-t-il un jour les couleurs de la France de ce début de siècle ?

20|09|2010critique > théâtre
imprimer | retour

Une prière à l'humanité Il faut rendre à CésaireD'après le discours sur le colonialismeSylvie Chalaye

Le petit théâtre de la Salamandre en Avignon a accueilli pendant le festival 2010, place de Jérusalem, un très touchant duo poétique nourri des textes d'Aimé Césaire et de quelques-uns de ses compagnons de route comme Léopold Sédar Senghor et Léon Gontran Damas.

Un spectacle qui a déjà fait une très belle tournée dans la Loire et devrait repartir sur les routes à la rentrée pour rencontrer de nouveaux publics. Tandis que Yao déploie ses grandes et belles mains pour empoigner les sons, que ses longs doigts aux ongles de coquillages nacrés courent frénétiquement sur la peau du tam-tam, et que les battements sourds des percussions nous touchent au cœur, Djamila fait retentir les mots de Césaire et porte haut et fort l'énergie généreuse et idéaliste du grand homme pourtant tellement lucide et en avance sur son temps. Djamila et Yao sont de formidables conteurs-musiciens dont l'expressivité passe par le corps et les regards, par la présence aussi des instruments… kora, balafon et gro Ka qui habitent l'espace de cette "blessure sacrée" dont parle Césaire, mais quand Djamila donne enfin sa voix de chanteuse et que l'on bascule dans le blues, c'est un grand moment d'émotion que le public de la Salamandre blotti sous les voûtes du caveau du théâtre n'a pas envie de voir s'achever. Ce spectacle force l'écoute au creux du brouhaha ambiant de notre société en perdition et fait entendre une parole qui monte au ciel comme une prière à l'humanité.


Théâtre de la Salamandre
Production : Théâtre de la Citadelle
Adaptation et mise en scène : Djamila Zeghbab
Lumières : Gérard Col
Avec Djamila Zeghbab et Yannick Louis dit "Yao"

Théâtre de la Salamandre
Production : Théâtre de la Citadelle
Adaptation et mise en scène : Djamila Zeghbab
Lumières : Gérard Col
Avec Djamila Zeghbab et Yannick Louis dit "Yao"





ajoutez un avisvotre avis