Publicité pub haut

plus d'infos en lien avec cet article

A lire aussi ...

10|09|2003critique > cinéma/tv
imprimer | retour

L'Esprit de Mopti de Moussa Ouane et Pascal LetellierOlivier Barlet

Pour qui a pu savourer les heures matinales au bord du fleuve où les grandes pirogues colorées entassent marchandises et passagers, Mopti reste une expérience inoubliable. Mais il faudrait des mois pour dépasser l'impression touristique et comprendre ce qui se trame dans cette ville grouillante aux heures du marché. C'est le projet de ce film superbe : déceler ce qui fait de cette "ville des montagnes d'épices et des poissons parfumés" un lieu exceptionnel où règne un esprit particulier. Cet esprit, d'autres lieux l'ont sans doute, quand ils sont de tels carrefours de commerce, de cultures et d'activités. Il résulte de la circulation des biens et de la rencontre des personnes. Mais à Mopti, il s'y révèle particulièrement bien, car les peuples qui s'y confrontent avec humour et subtilité sont porteurs de cultures immenses : Dogon venus des falaises de Bandiagara, pêcheurs bozo, bergers toutcouleur et peul, agriculteurs bambara et songhoï, Tamasheq (Touareg) du désert…

Il s'agissait de rendre compte de cette diversité mais aussi de la richesse de la confrontation. Les conflits sont nombreux mais aussi les transferts de connaissance. Un berger demandera au Tamasheq comment aborder le désert pour la transhumance…

Le souci de Moussa Ouane et de Pascal Letellier était de situer chacun des cinq personnages représentatifs qu'ils ont élu dans l'ancestralité de sa culture. Ils font ainsi appel à la généalogie, au conte, aux proverbes… Le documentaire est très construit, fictionnel, suivant les rencontres des uns et des autres dans les lieux d'activité de la ville. L'esprit de Mopti est dans le respect du métier de chacun, c'est-à-dire de son intégrité. Le vendeur de vache demande quel prix en exige le berger mais celui-ci lui répond en une boutade que c'est son métier et qu'il lui fait confiance.

Image sans doute un peu idyllique quand on sait les conflits qui opposent éleveurs et cultivateurs dans ces régions, mais image non-touristique d'une ville car elle se situe au niveau de la relation, de cette conciliation qui permet de vivre ensemble. Un regard cinéma en somme.




ajoutez un avisvotre avis